11/10/2018

Le fou dans la société africaine

Les traditions jouent un rôle plus ou moins prégnantes dans la vie des Africains. Au Sénégal, les relations à l’autre sont si codifiées que la parole a du mal à se libérer. Dans la littérature, un personnage est libre de tous tabous : le fou. Il est libre, car il est en lien direct avec les esprits et les ancêtres.

Le fou de Birago

Ainsi, le fou de Birago Diop (leurres et lueurs), le Sergent Moussa Ndiaye, vétéran de la Seconde Guerre, déclamait au crépuscule des paroles de sagesse pour les villageois : « Écoute plus souvent les choses que les êtres, la voix du feu s’entend, entend la voix de l’eau […] les morts ne sont pas morts », car sa folie venait du fait qu’il avait tourné le dos à la tradition. Les Ancêtres et les Totems (esprits) avaient pris possession de son être. C’était le prix à payer. Quant à Cheikh Hamidou Kane (l’aventure ambiguë), son fou était le seul à oser défier le Conseil des Sages qui souhaitait assujettir la femme à la veille des indépendances. Ce Conseil qui voulait faire taire la Grande Royale qui défendait ses sœurs.

LE FOU DANS LA SOCIÉTÉ AFRICAINE

Un être à part

Que ce soit au cinéma, au théâtre, dans la littérature, le fou représente la conscience du peuple. Il est celui qui dit tout haut ce que le peuple pense tout bas, qui ne fait jamais scandale par ses dires et qui a son esprit en débandade, qui erre à travers la vie en parlant à ses démons, est un être sacré.

Sacré, puisqu’il est possédé par les dieux tutélaires. Nul ne le frappe, nul ne le harangue, vu qu’à travers lui, les Ancêtres se manifestent. Il s’agit d’une sorte de philosophe qui a réfléchi au-delà de la conscience. Le fou est celui dont la conscience n’est plus que torturée, laminée, mise à mort par les totems ancestraux, qui a foulé aux pieds le sacré, qui n’a plus de limites, qui vit hors du village, hors de la protection et de la bénédiction des Ancêtres et qui représente la face sombre de la société. Cette face que nul n’aime voir et à laquelle personne n’aime s’identifier. Le fou… Un être à part.

Je suis née dans un pays exotique, fruit de la rencontre incroyable de deux personnes venues de mondes différents. Je passe ma vie à prendre la main aux personnes qui en ont besoin. A les écouter et, surtout à ne pas les juger. La vie est une énigme faite de nos rêves, de nos désirs, de nos espoirs, de nos expériences. So, Carpe Diem.

Conférence - blog like a boss

Toi qui rêves de passer à un autre niveau avec ton blog et bloguer comme un(e) boss, je t'invite à la conférence que j'organise le 27 octobre 2018 à 16h. Place LIMITÉ, prend vite ton billet en cliquant l'onglet ATELIER